samedi 27 octobre 2012

The Great Gatsby

4e de couverture: Nous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes. C’est l’époque de la Prohibition et des fortunes rapides. En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche.
Mille légendes courent sur son compte, qui n’empêchent pas les gens chic –et moins chic – de venir en troupe boire ses cocktails et danser sur ses pelouses.
Gatsby le Magnifique joue la carte des folles dépenses pour éblouir Daisy, mariée à Tom Buchanan, un héritier millionnaire.
Le jour où l’espoir de conquérir sa bien-aimée s’évanouit, la fête prend fin brutalement…


Enfin! Je me décide à découvrir la plume de Scott Fitzgerald, après avoir lu la biographie que Pietro Citati avait consacré au couple Fitzgerald dans "La Mort du papillon".

Pour débuter mon challenge personnel, "Une saison pour un auteur", dont l'auteur choisi n'est autre que ce cher Scott, mon choix s'est porté sur l'un de ses romans les plus célèbres, voir son roman culte (culte dans le sens où il est devenu l'un des classiques américains du XXe siècle alors que lors de sa sortie, le livre fut un échec au niveau des ventes): "Gatsby, le magnifique", que Tiphanie m'avait offert l'année dernière pour mon anniversaire.

J'ai eu un sentiment étrange avec ce livre: les personnages ne me disaient rien, aucun ne m'a charmé, il y en a même comme Tom Buchanan que j'ai détesté au possible. J'ai trouvé ces personnages trop éloigné de moi, des petits bourgeois oisifs, qui s'ennuient souvent, qui ne pensent qu'à faire la fête. Non, vraiment très peu pour moi; ensuite, l'histoire m'a un peu ennuyé au début, ne voyant aucun intérêt dans leur ennui: justement les personnages ont l'air de s'ennuyer et ennuie le lecteur. Cependant, si j'ai continué ma lecture c'est grâce au style de l'auteur (et de par lui, le traducteur), j'ai trouvé sa plume très belle et poétique. Cela me rassure quelque peu, puisque je vais pouvoir continuer à le lire dans d'autres histoires.

Puis, dans le dernier tiers du roman tout s'accélère: le mystère de Gatsby maintient l'intérêt, l'évènement tragique qui va bouleverser tout ce joli petit monde m'a tenu en haleine, et la fin, brutale et quelque peu désenchantée, m'a complètement laissé pantois. Fitzgerald dépeint ce monde bourgeois, cruel envers les siens quand ces derniers chutent de leur piédestal. Les fêtes de Gatsby sont couru dans tout New York, à tel point qu'il est envié, adulé, jalousé...puis, quand il chute, la solitude le rattrape: la scène au cimetière est désolante et très révélatrice. Il ne fait pas bon chuter dans ce monde bourgeois qui vous remplace au moindre fait divers.

Fitzgerald a mis beaucoup de lui dans ses romans et nouvelles et le fait d'avoir lu une biographie sur lui et sa femme Zelda avant de découvrir sa plume m'a aidé à faire une comparaison. J'ai cherché à savoir dans quels personnages sa personnalité et celle de Zelda transparaissait. Pour Zelda, je suis à peu près sûr que Daisy est une facette de sa personnalité. Pour ce qui est  des trois personnages masculins principaux: Nick, le narrateur, Gatsby et Tom, ils ne font qu'un: Francis Scott Fitzgerald.

Fitzgerald est avant tout connu comme nouvelliste (c'est peut être le plus grand nouvelliste américain du XXe siècle): c'est d'ailleurs ses nouvelles, qu'il vendait aux journaux,  qui les faisaient vivre, lui et sa famille, puisque ses romans comme "Gatsby" et "Tendre est la nuit", par exemple, ne se sont pas vendu à leur sortie. Fitzgerald montre encore dans ce roman ces talents de nouvellistes: il est concis, va à l'essentiel sans toutefois oublier de donner du corps à ses personnages et surtout Gatsby, à l'aide de flashbacks, nous dévoilant leur passé. L'auteur ne se perd pas dans des descriptions et une écriture alambiquée. Il nous raconte sur plus de 200 pages, un été qui va mal tourner et faire basculer le destin de tous ses personnages. 

Un roman qui ne m'a pas transporté autant que je l'aurai voulu. Toutefois, je suis ravi de l'avoir lu, pour ma culture personnelle, mais aussi pour m'avoir fait découvrir une très belle plume que je vais continuer à lire, c'est certain.

Francis Scott Fitzgerald: Gatsby le magnifique, (The Great Gatsby), Le Livre de poche, 1996

En fait, je m'aperçois que ce roman fut un très bon choix pour faire avancer mes challenges  puisqu'il compte pour 3 challenges, en plus du challenge personnel, "Une saison pour un auteur".








 5/ Adapté au cinéma par Jack Clayton en 1974, avec Robert Redford et Mia Farrow. (une nouvelle adaptation de Baz Luhrman avec Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan et Tobey Maguire est prévue pour Mai 2013. Heureusement que le film a vu le jour dans les années 70 puisque cette nouvelle adaptaition ne compte pas pour le challenge, sortant 1 mois après la fin du challenge). 






6e roman qui entre dans le cadre du challenge  organisé par Emily puisque le roman se passe à New York et dans ses environs. (le challenge prend bientôt fin et je m'aperçois que j'ai lu le même nombre de livres que l'année dernière. Je suis constant sur ce challenge là, même si j'aurai voulu en lire plus)

 1/20 (c'est (enfin!) avec ce roman que je débute le challenge "Em & Dex". Heureusement que j'ai vérifié que ce roman faisait partie de la liste. Youhou, I'm happy to start  enfin ce challenge qui me tient à coeur).







Aucun commentaire:

Publier un commentaire