dimanche 10 novembre 2019

Slow Qui Tue #426: Slow moi

Le slow qui tue de la semaine veut y aller doucement.

Claude Michel Schönberg: Slow moi 



Bonne écoute!


mercredi 6 novembre 2019

La Discothèque du 20e siècle #353

En 1963, Frank Alamo connaissait son premier succès.

Frank Alamo: Ma biche (1963)



Frank Alamo -de son vrai nom Jean-François Grandin-est né en 1943, fils d'un industriel. Son sourire et ses costumes en feront le gendre idéal, à l'opposé des blousons noirs et des voyous rebelles tels que Johnny ou Eddy. Il grave une vingtaine de 45 tours, obtient quelques très gros succès avec des adaptations pimpantes (Da Doo ron ron des Crystals, Ma biche, d'après Sweets for my sweet des Searchers, Le chef de la bande d'après The leader of the pack des Shangri-las) et fait imploser le standard de sa maison de disques avec Allô Maillot 38-37 avant de retourner sagement à ses chères études. (Source: Fascicule "La Discothèque du 20e siècle: 1963", Polygram Direct)

Bonne écoute!


dimanche 3 novembre 2019

Slow Qui Tue #425: Waiting for a girl like you

Le slow qui tue de la semaine attend une fille comme elle.

Foreigner: Waiting for a girl like you



Bonne écoute!


mercredi 30 octobre 2019

La Discothèque du 20e siècle #352

En 1961, une danseuse pousse la chansonnette avec ce titres enlevé.

Zizi Jeanmaire: Mon truc en plumes (1961)


Chanteuse et meneuse de revue à la fois populaire et sophistiquée, Zizi Jeanmaire obtenait en 1957 le plus gros succès de sa carrière avec Mon truc en plumes. Chanson signé par Bernard Dimey et par Jean Constantin, celle-ci allait dès lors constituer le point fort de tous ses spectacles. Mon truc en plumes est même entré dans les hit-parades en 1961. (Source: Fascicule "L'encyclopédie de la chanson française n°16", Universal Collections)

Bonne écoute!


dimanche 27 octobre 2019

Slow Qui Tue #424: Je t'aime tu vois

Le slow qui tue de la semaine n'avoue pas son amour à celle qu'il aime.

Daniel Guichard: Je t'aime, tu vois



Bonne écoute!


samedi 26 octobre 2019

Presque célèbre (2001)



Synopsis: Dans les années 70, William Miller, un adolescent de quinze ans, ne vit que pour la musique rock. Ce qu'il souhaite le plus au monde, c'est écrire des articles sur cette musique qu'il aime tant.
Il envoie un essai au magazine Rolling Stone dans l'espoir de devenir journaliste. Son talent n'est pas passé inaperçu : on est prêt à l'envoyer suivre le groupe Stillwater en tournée afin qu'il fasse un reportage sur eux.

Voilà un film qui sent bon les seventies et l'envie de prendre la route. Et punaise, qu'est ce que c'était bon. 
Cameron Crowe montre cette époque sous le regard d'un ado de 15 ans,qui va suivre un groupe durant leur tournée. C'est ainsi que le spectateur est embarqué avec lui dans cette aventure folle. 
J'ai beaucoup aimé voir les backstages des concerts. Pour moi qui suis un fan de musique, là, j'ai été servi. Suivre ce jeune futur journaliste, dans ses pérégrinations, fut un réel plaisir. 
Petite mention a Kate Hudson, dans le rôle de Penny Lane, que j'ai trouvé hyper touchante, derrière la façade d'une fille extravagante. Progressivement, elle va se dévoiler à William et au spectateur, qui va tomber sous le charme de cette jeune femme. 
Malgré la longueur du film (2h31 pour moi puisque j'ai vu la version longue du film), je n'ai pas ressenti de lassitude. Les événements s'enchaînent à un rythme plus ou moins long, certes, mais on s'attache tellement aux personnages (même aux musiciens du groupe) que j'ai été ravi de faire le voyage avec eux. 
Ce road trip à travers les Etats Unis fut un dépaysement total et tout ce que j'aime. 
Non, vraiment un film excellent, que je conseille à tous les amoureux de musique et de l'Amérique des années 70.  


mercredi 23 octobre 2019

La Discothèque du 20e siècle #351

En 1960, un air d'orient souffle sur la France avec ce titre.

Bob Azzam: Mustapha (1960)


En pleine guerre d'Algérie, ce Libanais venu d'Italie ose chanter à la radio, sur fond de rythmes orientaux Fais moi du couscous chérie...Quelques mois plus tard, il récidive avec Mustapha composée par...Eddie Barclay! Ensuite, comme le dit Pierre Saka dans La chanson française et francophone (éditions Larousse, 1999), il s'est installé en Suisse pour tenir une boite de nuit! (Source: Fascicule "La Discothèque du 20e siècle:1960", Polygram Direct)