mercredi 18 mars 2020

La Discothèque du 20e siècle #370

En 1973, Billy Paul connaissait l'un de ses plus grands succès.

Billy Paul: Me & Mrs Jones (1973)


Le plus grand succès international de ce chanteur soul natif de Philadelphie est aussi devenu un standard incontournable de la musique soul. Déjà âgé de 38 ans, c'est loin d'être un débutant-comme quoi il vaut mieux parfois savoir être patient... C'est en effet à l'automne 1972 (aux Etats Unis) et durant l'hiver 1973 (en Europe) que Billy se retrouve en tête de tous les classements avec ce slow splendide qui évoque une relation entre un homme et la femme d'un autre. Pour la petite histoire, cette chanson refit une étonnante percée au coeur des années 90 et valut à Billy Paul, pimpant sexagénaire, d'effectuer une vaste tournée internationale qui passa par le Palais des Congrès à Paris... (Source: Fascicule "La Discothèque du 20e siècle: 1973" Polygram Direct)

Bonne écoute!


dimanche 15 mars 2020

Slow Qui Tue #442: Victims of circumstances

Le slow qui tue de la semaine est victime des circonstances.

Barclay James Harvest: Victims of circumstances



Bonne écoute!


mercredi 4 mars 2020

La Discothèque du 20e siècle #369

En 1972, Patrick Juvet connait l'un de ses plus grands succès qui inspirera Claude François.

Patrick Juvet: la Musica (1972)


1972 a été l'année de la consécration pour Patrick Juvet. En plus d'avoir composé Le lundi au soleil pour Claude François, il signait un contrat d'enregistrement avec la firme Barclay. Peu de temps après paraissait La Musica, qui allait connaître un succès immédiat. La voix est haut perchée, la mélodie et les arrangements sont d'une efficacité extrême. A cela s'ajoutait un look, qui, en pleine période glam-rock, a séduit un large public. Patrick Juvet avait réuni tous les atouts pour faire durablement parler de lui. (Source: Fascicule "L'encyclopédie de la chanson française n°31", Universal Music Collections)

Bonne écoute!


dimanche 1 mars 2020

Slow Qui Tue #441: Je ne t'écrirai plus

Le slow qui tue de la semaine n'a plus besoin d'écrire à celle qu'il a aimé.

Claude Barzotti: Je ne t'écrirai plus



Bonne écoute!


mercredi 19 février 2020

La Discothèque du 20e siècle #368

En 1972, Gérard Lenorman revient avec un titre très touchant sur l'enfance.

Gérard Lenorman: Les matins d'hiver (1972)


Depuis que De toi est devenu un best seller l'année précédente, Gérard Lenorman reste très attentif aux compositions que lui proposent Richard et Daniel Seff. Les deux frères toulousains viennent justement d'en écrire une nouvelle série et font lire leur prose à Gérard qui se souvient: "Ils m'ont montré tout ce qu'ils avaient à ce moment là, sauf Les matins d'hiver. Quand je leur ai demandé s'ils n'avaient rien d'autre en réserve, ils m'ont parlé de cette chanson, mais en me disant tout de suite que ce n'était pas pour moi [...]. Ils étaient convaincus qu'elle ne me plairait pas. Dès que je l'ai lue, je leur ai dit que, bien au contraire, c'était un titre écrit pour moi." Le chanteur a bien raison: ce texte tout en finesse et en subtilité lui va comme un gant. Le public ne s'y trompe pas et plébiscitera Les matins d'hiver.  (Source: Fascicule "Les plus belles chansons françaises n°10 (1973)", Editions Atlas)

Bonne écoute!


dimanche 16 février 2020

Slow Qui Tue #440: I put a spell on you

Le slow qui tue de la semaine a jeté un sort à celui qui l'aime.

Nina Simone: I put a spell on you



Bonne écoute!


mercredi 12 février 2020

La Discothèque du 20e siècle #367

En 1971, Rod Stewart revient avec un nouveau succès.

Rod Stewart: Maggie May (1971)


La plus grande star anglaise des années 70 (avec David Bowie et Elton John) fait encore partie des Faces alors qu'est publié ce Maggie May qui se retrouve bientôt aux sommets des classements anglais ET américains durant 5 semaines! Pendant 6 ans , Rod "The Mod" (comme on le surnomme) parvient ainsi à mener de front sa double carrière, comme chanteur d'un groupe de rock et de rythm'n'blues furieux, qui rappellent souvent les Rolling Stones dans leurs moments les plus sauvages et comme star en solo au fabuleux talent d'interprète qu'il met au service de ballades émouvantes, de rock musclé ou même de disco pétulante (souvenez vous de l'irrésistible Da ya think I'm Sexy en 1978!). (Source: Fascicule "La Discothèque du 20e siècle: 1971", Polygram Direct)

Bonne écoute!