samedi 9 mai 2015

Dans le décor

4e de couverture: « Je ne sais vraiment plus qui je suis et j’adore ça. C’est devenu ma vie. »
Musicien, le beau Thomas, 18 ans, est fou amoureux de Caroline. Un soir, il perd le contrôle de sa voiture : la jeune fille restera à vie dans un fauteuil roulant. Incapable de l’assumer, rejeté par tous, il fuit famille et amis. Après plusieurs années d’errance et de galère dans les bas fonds parisiens, un grand producteur de cinéma repère Thomas par hasard et lui propose de devenir acteur. Sa vie bascule. Happé par le succès, il est pris dans la lessiveuse du star system planétaire. Mais le poids de sa culpabilité et son amour pour Caroline continuent de le hanter. Sera-t-il capable de quitter gloire et argent, pour aller la retrouver ?
De la déchéance à la notoriété, du désœuvrement à l’existence trépidante d’une célébrité internationale : le roman d’une vie fulgurante où succès ne rime pas forcément avec bonheur.



Après ma rencontre avec Eléonore de la Grandière (co-fondatrice des Editions Daphnis et Chloé ), au Salon du Livre de Paris, j'avais hâte de lire un de leur nouveau titre. Je me suis tourné vers le 2e roman de Thierry des Ouches (photographe), auteur dont j'étais pourtant déjà curieux de lire le premier livre, "Martin de la Brochette" (que je lirai assurément un jour) pour un seul mot: musicien. Oui, pour un seul mot croisé dans une quatrième de couverture, je peux partir directement avec un livre. Disons, que le résumé me parlait...et je peux vous dire qu'après lecture, je suis comblé.

Ce roman est sensationnel et addictif à un point qu'on ne peut pas le lâcher. J'ai été emporté dans ce tourbillon de morbide, de paillettes et de strass, accompagné pourtant par un personnage principal insupportable, imbu de lui même, arrogant au possible, égoïste, qu'on a envie de claquer. Eh bien, malgré cela, le lecteur que je suis a été emballé par l'histoire, les personnages, le monde dans lequel l'auteur fait virevolter Thomas.

Thierry des Ouches nous plonge dans le monde du cinéma (oui, je sais, je pensais m'embarquer dans une histoire musicale, sauf que c'est le monde du 7e art qui nous est conté ici (car on est bien dans un conte, vu l'ascension fulgurante du jeune Thomas dans ce milieu carnivore qui mange les jeunes premiers du cinéma),  de manière brillante, dans un style fluide, percutant et vivant, en  démontant ce monde de strass et de paillettes qu'est le cinéma...et on peut dire, que, par l'intermédiaire de Thomas, son jeune héros, il n'est pas tendre avec ce milieu là, mais également le milieu des paparazzis, qui s'en prend plein la tête.
J'ai adoré cette plongée sans oxygène dans ce monde violent émotionnellement. Mais surtout, j'ai aimé que l'on voit la déchéance du jeune homme avant son ascension fulgurante dans ce milieu qui vampirise tout: le jeune Thomas qui se prend au jeu et est grisé par cette vie, qui dépense sans compter, va être vite rattrapé par la vie. Mais je ne vais pas le plaindre, car il n'a que ce  qu'il mérite. Son égoïsme et sa vacuité, son outrecuidance font qu'on ne peut pas l'aimer...mais l'auteur à une plume tellement géniale qu'il réussit à ne pas rendre Thomas détestable au point qu'on ne veuille pas continuer le livre. En fait, l'histoire est tellement prenante que vous n'avez qu'une envie: savoir comment cela va se terminer..et je n'ai pas été déçu par la fin.Puis, heureusement, d'autres personnages, bien plus reluisant que Thomas gravitent autour de lui (je pense à Django et Gad, ses amis du "Château")  et rendent le livre  bien plus supportable.

Voilà un roman qui ressemble à un conte parfois devant le destin brillant de Thomas, sur le monde cruel et sans fard du cinéma, où l'auteur nous brosse le portrait peu reluisant d'une jeune star qui se brûlera aux ailes de la notoriété...Où comment on passe de l'obscurité à la lumière, de la déchéance à la réussite pour finir dans la désillusion la plus totale. Un roman sensationnel qui donne à voir l'envers du décor du monde du 7e art. Pour moi, un véritable page-turner, qui se lit quasi d'une traite, qu'on referme un peu sonné, mais qui ne nous lâche pas, même après la dernière page tournée. Une véritable réussite.

Thierry des Ouches: Dans le décor, Editions Daphnis & Chloé, 306 pages, 2015



Aucun commentaire:

Publier un commentaire