lundi 27 mai 2019

Le Moi(s) Belfond #7: Rose de cendres

4e de couverture: D’origine modeste et issu d’une famille républicaine, Albert Corner a combattu lors de la première guerre d’indépendance de Cuba. À son retour au pays, il n’a plus qu’une idée en tête : s’enrichir, quitte à verser dans la criminalité. Des années plus tard, il jouit d’un statut d’homme d’affaires reconnu.
Mais, en 1909, la révolte est aux portes de la ville : le syndicalisme ouvrier affronte violemment le gouvernement espagnol au sujet de la mobilisation pour la guerre au Maroc. Et dans cette Catalogne au bord de l’explosion, les enfants Corner pourraient bien trahir les idéaux fraîchement bourgeois de leur père. Entre les aspirations révolutionnaires des uns et les désirs d’émancipation des autres, l’équilibre de la famille et des affaires est en danger…

Pour un esprit curieux comme le mien, j'aime parfois aller vers une littérature inconnue,qui m'apprendra des choses. Mon choix s'est porté sur le roman de Pilar Rahola, Rose de cendres, car il retraçait un événement historique important de l'histoire catalane. 

Alors, je dois avouer que cette lecture fut difficile d'accès pour moi: le style "historien" de l'auteure n'est pas facile à appréhender, et le fait qu'au début, les nombreux aller retour dans le passé, d'un paragraphe à l'autre n'aident pas. Et quand la politique de pays inconnus (lEspagne et la Catalogne) s'invite, il est important de prendre son temps. Voilà pourquoi j'ai mis une semaine pour lire ce petit livre. Je voulais comprendre au mieux, les enjeux de cette Semaine Sanglante, que vécu Barcelone au début du XXe siècle. 

Pilar Rahola, a décidé de raconter ce pan de l'histoire catalane, par le prisme d'une famille, dont Albert, le patriarche est le premier a entrer en scène. C'est un homme riche au début du roman, mais l'on comprend vite qu'il est né pauvre et qu'il a fait sa fortune, à force de ténacité, mais également de violence puisqu'il se rendra coupable d'un crime pour amasser sa fortune. C'est un être vil, imbu de lui même, arrogant, et je ne l'ai pas apprécié du tout. 
Heureusement que certains de ses enfants ont trouvés grâce à mes yeux, et deux, en particulier: Enric, le deuxième fils de la famille, qui va sentir battre un coeur de révolutionnaire qui prendra fait et cause pour la cause ouvrière, rejetant son père et sa fortune. Le fait qu'il soit aussi homosexuel, dans ce début de nouveau millénaire, n'aide pas ses relations avec Albert, et le reste de la famille. Sauf Merceneta, sa soeur (2e personnage, dont j'ai beaucoup aimé la personnalité)qui ne le juge pas et l'aime comme il est. Elle aussi rêve d'une catalogne nouvelle, mais elle la voit plus par les arts, et par les femmes, que par la révolte et le sang. Sans oublier Avi-li, le fils aîné, qui lui aussi, prendra part dans la révolution qui se prépare,pour une Catalogne indépendante, mais en restant très proche de son père. 

Ainsi, c'est sous quatre regards différents que Pilar Rahola, nous raconte les prémices de la Semaine Sanglante, son déroulement et ses conséquences. C'est passionnant, surtout, qu'elle prend le temps de s'attarder sur chaque personnage important de l'histoire (Albert, Enric, Avi-li et Merceneta) en nous en dressant un portrait complet, qui donne du corps au personnage. Mais pas forcément d'émotions vives. En fait, je n'ai pas pu trop ressentir quelque chose pour les personnages, sauf par moments. Et cela est dû à un style très travaillé, qui décortique les événements historiques, comme un historien le ferait. 
C'est ce qui me désole un peu. J'aurai voulu aimer,rire et pleurer au contact de cette famille. 

Au final, un roman historique fort intéressant qui revient sur un événement tragique important de l'histoire catalane, que j'ai pris le temps d'apprécier pour comprendre au mieux tout les éléments mis en place...mais qui m'a un peu laissé sur le bord de la route côté sentiments. Mais, si l'Histoire, avec un grand H, vous intéresse, que vous aussi, vous voulez découvrir l'histoire d'un autre pays, n'hésitez pas, ce roman fait le job. Par contre, si vous vous attendez à une saga familiale, sur fond d'histoire catalane, vous risqueriez d'être déçu. A vous de faire votre propre choix. 

Merci aux Editions Belfond pour la découverte de ce livre. 



Pilar Rahola: Rose de cendres, (Rosa de cendra), Belfond, 281 pages, 2018)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire