jeudi 26 mai 2016

la ballade de Baby

4e de couverture: Baby est une môme qui traîne à Montréal avec son père Jules, junky immature et imprudent. A chaque rechute, ils déménagent et explorent les coins les plus sombres et hostiles de la ville. Entre-temps, dans son propre univers, Baby essaie de se réinventer son enfance ratée. Mais garder son innocence peut être plus dur que ce qu'il paraît... La Ballade de Baby est une méditation sensible sur le royaume de l'imagination, le pouvoir de l'esprit et l'espoir que chacun porte en soi.

Quel roman déprimant et plombant, que cette Ballade. 
Je ne peux pas dire que j'ai détesté, sinon, je ne serai pas allé au bout. Mais le destin de Baby n'est pas des plus réjouissant et, même si j'étais curieux de savoir où son histoire allait l'emmener, je n'avais pas trop envie d'y revenir. Je n'étais que contradiction avec ce livre. 

C'est bien simple: l'histoire de Baby, c'est la descente aux enfers d'une gamine de 12 ans: ballotté d'hôtel en appart par un père, irresponsable, de par son jeune âge (26 ans), qui "l'élève" seul depuis la mort de la mère ded Baby. Plus on avance dans le roman, plus Baby fait de mauvaises rencontres: Alphonse, proxénète et dealer qui va la séduire, pour faire d'elle une pute et une droguée. Elle va être abandonnée par son père, elle va connaître les foyers pour délinquants. N'en jetez plus, la coupe est pleine...et justement, ce trop plein a été dur à avaler. J'avais du mal à respirer et je me disais même que tant de misère, était too much. 

La plume d'Heathr O'Neil est cash et ne s'embarrasse pas de sentiments: c'est brut, c'est sale, parfois abject devant tant de misère. Mais cette plume ne met pas en avant une enfant de douze ans, justement. Il est vrai que devant les adversités de sa vie, Baby grandit (trop) vite, mais j’avais parfois l'impression d'entendre une adulte. Cela m'a quelque peu dérangé. 
Surtout, les personnages sont quasi tous des paumés, sauf Xavier, un jeune garçon, dont Baby va tomber amoureuse, mais le destin va s'acharner encore un peu plus sur cette histoire. 

Vous l'aurez compris, j'ai été déstabilisé par ce roman, qui ne m'a pas emporté là où j'aurai voulu. Un trop plein de misérabilisme et de déchéance, qui a plombé ma lecture et qui a fait qu'il m'a fallu plus d'une semaine pour en venir à bout. Ce n'est pas un mauvais roman, loin de là. Je pense simplement que je n'étais peut être pas dans de bonnes dispositions pour l'apprécier. 

Heather O'Neil: La ballade de Baby (Lullabies for little criminals), 10/18, 378 pages, 2008


2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je m'en doutais un petit peu. Bonnes lectures, avec d'autres livres qui te conviennent mieux.

      Supprimer