samedi 2 mars 2019

Harold Cummings prend la tangente

4e de couverture: Midwest américain, de nos jours. 
Harold Cummings a toujours mené une vie rangée, carrée, sans excès ni frissons. Une femme agréable. Deux enfants. Une maison de banlieue. Un chien. Une retraite bien méritée. Mais depuis l'enterrement d'un ami de fac, emporté à soixante ans, quelque chose le hante, lui noue l'estomac, lui torture les méninges : c'est ça, la vie ? Rien d'autre ? Voilà donc la récompense pour être toujours resté du bon côté du chemin ? Une femme qui ne frétille plus pour rien ; des enfants qui se comportent comme des étrangers ; des soirées animées par le programme télé ? Et la faucheuse qui nous happe à peine la retraite commencée ? Sans blague ! 
La prise de conscience est aussi soudaine que ravageuse. Harold veut vivre ! Gonflé à bloc, le jeune retraité se lance sur les routes du grand frisson. Osera, osera pas ? Descendre des whiskies secs dans les bars malfamés ; rafler les lunettes et le téléphone d'un inconnu ; se faire tatouer " Millie " sur la fesse gauche ; inviter une prostituée à dîner... 
Au risque de tout perdre, de voir sa vie dérailler dans les grandes largeurs, Harold envoie tout balader et se découvre un don pour l'aventure qu'il ne soupçonnait pas. Pourra-t-il jamais retrouver ses pantoufles ? L'histoire nous le dira, peut-être...


Steven Boykey Sidley nous offre un petit roman drôle et caustique avec un personnage fort sympathique en la personne d'Harold, tout en nous questionnant sur nous-même. 

C'est ma libraire préférée qui m'a conseillé ce roman vers lequel je ne serai jamais allé, (et que je n'aurai jamais franchi le pas de la demande aux Editions Belfond) et j'aurai eu tort, car j'ai passé un agréable moment en sa compagnie. 

Alors, c'est un roman sans prétention, écrit simplement et d'un charme plaisant, qui, sous couvert d'une prise de conscience et d'un changement de route radicale, nous fait nous questionner sur le sens de notre vie. En effet, au seuil de la retraite, sur la dernière ligne droite de sa vie, et au moment de l'enterrement d'un ancien ami, Harold se pose la question: moi qui ai toujours été dans les clous,qui  a construit une vie pépère avec travail, mariage, maison et enfants, ai je vraiment vécu ma vie à fond? C'est en se posant cette question qu'il va décider de tenter tout ce qu'il n'a pas osé: se faire tatouer, aller aux putes, fumer de la drogue. Et c'est partie pour une spirale infernale, qui va à cent à l'heure...mais qui vous donne le sourire. 

"Harold Cummings prend la tangente", est un roman qui fait du bien mais dont le fond est plus profond que l'humour du roman le laisse paraître (il suffit juste de lire la lettre très émouvante que sa fille,lui envoie). 
Bien sûr, Harold est le personnage central du roman, alors, heureusement qu'il est sympathique. Ainsi, j'ai eu plaisir à le suivre dans ses pérégrinations. Mais les autres personnages ne sont pas en reste non plus: sa femme Millie, qui est le point d'ancrage de Harold, mais qui se révélera à nous de manière très surprenante (d'ailleurs ce twist de milieu de roman m'a complètement surpris); Chippie, le meilleur ami d'Harold, qui est tout son contraire mais qui est prêt à tout pour l'aider, sans oublier Rose, la prostituée qu'Harold va tenter d'aider, et Shawnee, la voisine d'Harold, qui est toujours de bon conseil. 
Tout ce joli petit monde nous entraîne dans une histoire rocambolesque, qui va à cent à l'heure, et qui, pour quelques heures (ou quelques jours pour moi qui lit comme un escargot en ce moment), nous rend heureux. 

Au final, un joli petit roman qui m'a fait passer un agréable moment, avec des personnages fort sympathiques. Un roman sans prétention, qui fait le taf de nous divertir, sans toutefois oublier de nous questionner sur le sens de notre vie, et de celui qu'on lui donne. Eh oui, tout comme Harold, on se demande, plus le temps passe, et que l'on se retourne en arrière: qu'ai je fais de ma vie? L'ai je au moins vécu à fond, en évitant de braver les interdits? Je ne peux pas vous donner de réponses à ces questions. Juste vous proposer de lire celles qu'Harold à trouvé après toutes ces expériences. 

Merci aux Editions Belfond pour ce joli moment de réflexion très divertissant. 

Steven Boykey Sidley: Harold Cummings prend la tangente, (Stepping Out), Belfond, 268 pages, 2018


Aucun commentaire:

Publier un commentaire