dimanche 10 août 2014

Patience

4e de couverture: Jeune, naïve, jolie et satisfaite de son existence, Patience a été pendant sept ans une épouse soumise et une mère de famille parfaite, subissant le devoir conjugal en bonne catholique, mais sans jamais éprouver le moindre plaisir.
Jusqu'à ce que son chemin croise celui du beau Philip. La révélation est fulgurante : oui, le péché est bien plus réjouissant que le devoir ! Si seulement l'adultère ne la condamnait pas à l'enfer... Que faire, désormais, pour vivre cet amour naissant et soulager sa conscience ?

Interdit en Irlande lors de sa sortie en 1953, ce truculent portrait d'une Emma Bovary des temps modernes a marqué les esprits comme l'une des plus délicieuses satires sociales et religieuses de l'Angleterre post-victorienne. Adapté au théâtre, publié en France en 1957, ce roman drôle, provoquant, subversif, empreint d'une grande liberté de ton, a imposé John Coates au rang de maître de l'humour anglais. À redécouvrir sans modération !


Jubilatoire! 
Ce petit roman de John Coates, publié pour la première fois en 1953 (et qui fut interdit en Irlande) est tout simplement très bon et fort drôle. 

Ce fut un véritable bonheur que de découvrir la plume et surtout l'humour de John Coates, à travers le portrait de cette jeune femme,Patience, mariée à un homme plus âgé qu'elle et qui va découvrir le plaisir dans les bras d'un autre. 

Si j'ai pris autant de plaisir à ma lecture, c'est parce que j'ai aimé de tout mon coeur, Patience:  elle va enfin découvrir les joies de l'amour, et surtout le pouvoir qu'elle peut exercer sur les hommes (et surtout sur son mari). D'une femme naïve et soumise, elle devient une femme à part entière (pas complètement indépendante,mais elle prend enfin son destin en main.) 
J'ai trouvé très charmant sa naïveté (une naïveté que l'auteur habille d'irrévérence de par les pensées et les paroles de son héroïne), mais surtout j'ai aimé la suivre dans son nouveau parcours de femme. Sa soeur Helen fait également parti de mes personnages préférés: une femme indépendante qui a su reprendre sa vie en main en divorçant et en vivant avec un autre homme, qui lui a donné un enfant (qui se trouve être, aux yeux de l'église Catholique, un bâtard puisque le divorce n'est pas accepté par cette sainte institution, ou du moins, mal accepté par leur frère Lionel (ce Pauvre Lionel! qui n'a pas de chance. En même temps, il est un peu insupportable). 

D'une écriture rythmée de dialogues truculents, on voit Patience devenir une nouvelle femme, qui découvre enfin ce qu'est l'amour et le plaisir que peut procurer une relation. Patience est une femme que l'on aime. Car oui, on ne peut qu'aimer Patience (et non, je ne l'ai pas jugé. Mais, en même temps, nous sommes en 2014 et ce qui est évoqué dans le roman ne me choque pas. Je trouve ça plutôt très drôle): elle est tout le contraire d'une Emma Bovary. Elle est plaisante, et son amour pour Philip est très beau. 


Voilà un roman des plus agréables à lire, surtout en période d'été, et idéal entre deux lectures. C'est un petit moment jubilatoire, qui se lit comme une pièce de théâtre (il y a d'ailleurs eu une adaptation théâtrale de ce roman), et qui se croque comme un bonbon acidulé, qu'on voudrait garder en bouche le plus longtemps possible.

Par contre, la fin du roman a été un choc. Je ne m'attendais pas du tout à être aussi surpris par elle.  

Je vous encourage donc fortement de (re)découvrir ce roman de John Coates que les éditions Belfond ont eu la belle idée de ressortir de l'oubli dans lequel il était plongé, en l'incluant dans leur magnifique collection "Belfond Vintage" (qui pour le moment ne m'a jamais déçu). 

De plus, je trouve la couverture de ce livre trop choupinette. C'est peut être un détail, mais celle ci a été un petit plus pour que je me mette dans l'ambiance du roman. 

Allez, courez vite chez votre libraire faire la connaissance de Patience. En refermant ce livre, vous aurez  une nouvelle amie parmi votre entourage. 

Merci infiniment à Brigitte et aux Editions Belfond de m'avoir permis de faire la connaissance de Patience. Quelle découverte! Quelle femme! 

John Coates: Patience (Patience), Belfond, 268 pages, 2014



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire