vendredi 14 décembre 2012

L'aubépine Rouge

4e de couverture: Sur fond de révolution culturelle, l'histoire d'amour impossible entre deux adolescents que tout sépare. Un roman bouleversant, le livre culte de la jeunesse chinoise.

Fille d'une famille d'intellectuels disgraciés par le Parti, Jing Qiu, tout juste quinze ans, est envoyée à la campagne pour prouver sa valeur et sa droiture. C'est là qu'elle rencontre le beau Lao San, fils d'un général de l'armée.

Irrésistiblement attirée par ce garçon qui joue de l'accordéon, chante des chansons russes interdites et n'hésite pas à critiquer le gouvernement, Jing Qiu lutte pourtant farouchement contre ses sentiments. Car l'amour romantique, concept petit-bourgeois par excellence, sont sévèrement condamnées par le régime.

Mais la jeune fille est loin de se douter de ce que Lao San va entreprendre pour tromper la surveillance de leurs familles et du Parti, et lui prouver son amour. Au risque de mettre en danger celle qu'il aime...


La littérature asiatique et moi ne faisons pas souvent bon ménage. J'ai toujours un peu de mal à m’immerger dans un roman d'un auteur chinois, japonnais taïwanais... Comme si j'étais hermétique à cette littérature. 
Quand Diane des Editions Belfond m'a envoyé ce roman, j'ai été très attiré de suite par cette couverture magnifique (bravo aux concepteurs des couvertures de chez Belfond qui se sont encore une fois surpassé) et par cette belle histoire d'amour qui devait me rappeler "Love Story" (film qui m'avait bouleversé quand je l'ai vu il y a quelques années). 
J'ai alors commencé ma lecture de l'histoire de Jing Qiu et de Lao San (histoire véridique au passage qui la rend encore plus tragique et émouvante) avec envie. Oui, mais voilà, un petit problème s'est vite imposé à moi: cet hermétisme que je ressens à chaque lecture d'un roman asiatique a pointé le bout de son nez. J'ai trouvé le style de l'auteur très poétique et l'histoire de Jing Qiu et Lao San intéressante mais je ne ressentais rien pour eux. J'étais extérieur à tout ça, je ne vibrais pas pour cette histoire d'amour naissante qui allait être contrariée par la Révolution Culturelle, cette lutte des classes qui séparait les deux jeunes gens. 

Ce roman m'a toutefois intéressé (malgré n'avoir rien ressenti presque tout du long pour l'histoire d'amour des deux héros), ne faisant pas vibrer mon petit coeur, qui est souvent tout mou): j'ai appris beaucoup sur le régime de Mao dans cette Chine des années 70. Les questionnements de Qiu sur ses sentiments, sur son avenir, ses peurs, ses doutes: tout cela l'auteur les retranscrits d'une manière très poétique et bouleversante. 

Puis, arrivé tout à l'heure vers les dernières pages, je n'ai pas pu lâcher ce livre avant la fin. Cette fin, mes amis. rien que pour elle, je suis ravi d'avoir eu ce livre entre les mains. S'il ne fallait qu'une seule raison pour lire ce livre, c'est pour cette fin bouleversante, déchirante qui vous fera monter les larmes aux yeux. J'ai pourtant été hermétique, tout au long de ma lecture devant cette belle histoire d'amour mais j'ai été au bord des  larmes en lisant les dernières lignes du dernier chapitre. C'est d'une telle poésie! J'ai alors poussé un soupir de soulagement: tout compte fait, je n'étais pas si insensible à cette sublime histoire d'amour. 

Au final, un roman qui m'a fait comprendre certaines choses sur la Chine de Mao dans les années 70, à travers un couple bouleversant qui ne vous laissera pas insensible j'en suis sûr. Si la Love Story d'Oliver et Jenny vous fait toujours vibrer et pleurer, celle de Jing Qiu et Lao San vous fera tout autant chavirer.
Tout ça pour dire quoi: que l'amour est universel et n'a pas de pays propre. Il se fiche des convenances, des statuts de classe et qu'il est probablement plus fort que la mort. Je sais, ce ne sont que des mots, certes.
"L'aubépine Rouge" n'est qu'une simple histoire d'amour, sauf qu'elle est vraie puisque Jing Qiu et Lao San ont vraiment existé. Leur amour était vrai, fort et donne à ce roman un sentiment et un sens  particulier.
Une "Love Story" qui vous bouleversera et vous fera voir l'amour autrement.

Merci à Diane des Editions Belfond pour cette bouleversante Love Story.

Ai Mi: L'Aubépine Rouge, (Under the Hawthorne Tree (Shanzhashu zhilian), Belfond, 474 pages, 2012


7/Adapté en 2010 par Zhang Yimou ("Epouses et concubines") sous le titre "Sous l'Aubépine".










Aucun commentaire:

Publier un commentaire